Mai en Provence

Il a plu cette nuit, il pleut encore ce matin et des orages sont attendus dans la journée.

Et pourtant…

J’ai appris à goûter ici la pluie que je détestais tant en région parisienne et qui me mettait de mauvaise humeur pour toute la journée.

Ce matin, à l’heure du petit déjeuner, une douceur, une paix indicible enveloppait la maison, le jardin, les collines mouillées et l’horizon comme estompé. Il pleuvait une petite pluie fine et drue et, en regardant le jardin, il me semblait boire cette eau en même temps que les plantes. Cette lumière atténuée est si rare ici qu’elle magnifie le jardin mouillé, exhale le parfum des jasmins qui tapissent les murs, assourdit les bruits extérieurs faisant pétiller les chants des oiseaux. Tout se resserre, cet horizon si large où le regard se perd et que j’apprécie tant d’habitude, devient comme une enveloppe, une seconde peau.

Accoudée à la balustrade de la piscine, sur la plus haute terrasse, je regarde et je savoure mon plaisir. Quel spectacle ! tout est en fleurs : les santolines et les verveines mauves, les lilas d’Espagne, les sauges et puis surtout les jasmins et les premières fleurs des lauriers blancs. Les chênes verts pleurent leurs chatons dorés et de minuscules et délicates fleurs éclairent les oliviers.

… Parler de la pluie et de ses charmes n’était pas tout à fait l’objectif de ce message.

Désolée de répondre négativement à des demandes de réservation pour les week-end du 1er mai, de l’Ascension, du 14 juillet, j’ai envie de vous inciter à faire un séjour en Provence, si vous le pouvez, en-dehors de ces dates très recherchées !

D’une part, l’hébergement en chambres d’hôtes est toujours limité, 2 chambres en ce qui nous concerne, d’autre part la circulation dans la vallée du Rhône et aux sorties des grandes villes est toujours perturbée à ces dates-là, enfin il vous sera aussi plus difficile de dîner dans le restaurant de vos rêves sans réservation préalable.

Et surtout, j’ajouterai que mai et juin sont en Provence deux mois délicieux. Les journées sont longues, les couchers de soleil superbes, toute la végétation est en plein épanouissement. La semaine dernière, en montant au domaine viticole de Mourchon en haut de Séguret, j’ai été émerveillée par ces tapis de fleurs bleues dans les Dentelles, campanules?

C’est justement la période idéale pour randonner dans les Dentelles à pied ou en VTT pour découvrir dans les sous-bois ces dizaines de fleurs sauvages, des tapis souvent unicolores qui se juxtaposent, chacun d’entre eux apportant la couleur de sa variété de fleur sauvage.

Je suis une inconditionnelle de cette fin de printemps ou début d’été ici et j’ai envie de vous faire partager cette passion !

Pourquoi pas un petit break, un week-end lambda ou en semaine ?

La route sera libre, tous les partenaires touristiques seront disponibles, attentifs à vos demandes et soucieux de vous aider à réussir votre séjour.

Et puis n’est-ce pas grisant cette idée d’escapade à contre temps, une parenthèse dans le cadre des horaires de travail contraignants, des préoccupations quotidiennes ?

Si le temps que vous pouvez consacrer à ce moment de détente est court, vous pouvez choisir la solution TGV (2h 40 de Paris) et louer une voiture sur place pour « baruler » tranquillement selon l’expression provençale sur des routes ou des sentiers peu fréquentés et vous arrêter où bon vous semble.

La pluie, rare et donc précieuse, dont je faisais l’apologie au début de ce message est plutôt peu fréquente ici et l’averse précède le soleil, j’en veux pour preuve l’éclaircie qui s’annonce déjà comme j’achève ce message.

Alors à bientôt, en Provence, au printemps.

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Vivre à Sucmiei. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.