A lire …

A lire absolument pour oublier l’affligeante et morne campagne électorale que nous offrent nos candidats à la présidentielle.
Bernard qui l’a lu et apprécié me l’a recommandé.

J’aime bien Franz-Olivier Giesbert dont j’ai lu « L’Américain ». Une belle écriture, un homme cultivé, sensible, curieux, un témoin de notre temps, celui aussi qui est là où on ne l’attend pas.

Dans M. le Président, il éclaire la personnalité de Nicolas Sarkozy à travers des scènes de la vie politique de 2005 à 2011, scènes dont il a été le témoin ou qui lui ont été rapportées. Sans complaisance ! Comme en témoignent les traits d’esprit drôles, piquants, parfois vachards, mais aussi un souci de corriger, d’ajuster qui fait honneur à son honnêteté intellectuelle.

Je suis toujours passionnée de psychologie et cette approche fine, subtile éclaire les actes en s’approchant de l’être. On y fait aussi référence à l’Histoire et à d’autres hommes politiques, ayant des points communs avec l’homme ciblé, cocasse

On rit beaucoup avec souvent des arrière-pensées plus inquiètes. Ces hommes qui nous gouvernent, dont on attend d’eux qu’ils soient parfaits ou presque, ne sont-ils pas les plus fragiles, les plus vulnérables ? Le besoin de s’exposer, si prégnant chez les hommes politiques en général et chez Sarkozy en particulier, n’est–il pas destiné à cacher, à se cacher pour eux-mêmes et cacher aux autres, leur vraie personnalité, leurs conflits secrets ?

On y retrouve des scènes marquantes de ce quinquennat, des crises petites ou grandes souvent étouffées dans le ronronnement médiatique, toujours soucieux d’éviter de faire des vagues, toujours soucieux de ménager le pouvoir en place.

L’humour est une élégance, parfois un divertissement mais aussi une manière de nous alerter pour diriger notre regard sur l’essentiel.

M. le Président
Franz-Olivier Giesbert
Editions « J’ai lu »

 

 

Cette entrée a été publiée dans Notes de lecture. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.