Un mets typiquement provençal : les poivrons marinés

Il faut de gros poivrons rouges. Les meilleurs bien sûr sont ceux de l’été, mûris à point.
Choisissez-les de forme un peu parallélépipédique, ils seront plus faciles à retourner pour présenter leurs quatre faces sous le gril.

Le plus facile est de les griller au four (puissance 2 pour le gril). Placez un plat dessous pour recueillir le jus abondant lors de la cuisson.

Laissez la peau se boursoufler, voire noircir, partout puis sortez-les du four avec une pince à barbecue et déposez-les dans un sac en plastique alimentaire (qui résiste bien à la chaleur), fermez le sac et laissez refroidir et se condenser pendant une demi heure au moins.

Pendant ce temps, versez dans une tasse un peu d’huile d’olive dans laquelle vous plongerez de l’ail pressé et des feuilles de basilic, pour l’aromatiser.

Avec des gants, sur la planche à découper, sortez les poivrons un à un du sac, retirez la peau qui se détache facilement sans l’ouvrir. Coupez le pédoncule qui porte les graines, faites une incision tout du long pour l’ouvrir complètement et découpez des lanières que vous déposerez dans une terrine ou un récipient en verre. Salez, poivrez chaque couche de lanières et versez dessus quelques cuillères d’huile d’olive aromatisée.

Couvrez et laissez macérer, jusqu’au lendemain ou même durant plusieurs jours, dans le réfrigérateur.

Les poivrons auront été débarrassés d’une partie de leur eau, ne les lavez pas, le liquide onctueux qui reste leur donnera du moelleux.

Vous les servirez en hors d’œuvre sur une assiette, en jouant sur les couleurs des lanières du rouge au vert brun, rendues plus brillantes par l’huile d’olive. Vous pourrez retirer ail et feuilles de basilic ayant servi à la macération, ajouter un jus de citron et des feuilles fraîches de basilic, une goutte d’huile d’olive si c’est nécessaire. Il est possible aussi d’ajouter quelques filets d’anchois parmi les lanières de poivron.

Pour ma part, je préfère savourer les poivrons nature, les anchois, que j’adore par ailleurs, écrasent un peu les parfums plus subtils du poivron et du basilic.

C’est un vrai régal des sens. Après avoir embaumé la cuisine de leur parfum pendant la préparation, vous apprécierez en bouche cette texture inimitable, juteuse, onctueuse et douce. Sans compter que vous serez séduits par ce duo tonique et si appétissant de couleurs italiennes.


Cette entrée a été publiée dans Cuisine provençale. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.